Recommandations sur l’utilisation des masques buccaux – Sciensano Juin 2020

Des directives consensuelles ont été publiées le 16 avril sur l’utilisation rationnelle des masques buccaux, basées sur les meilleures informations disponibles à ce moment-là. Ce document indiquait clairement que ces recommandations pouvaient changer en fonction de l’évolution des circonstances ou de nouvelles informations. Depuis lors, les conditions et les connaissances à propos du SRAS-CoV-2 ont changé.

Les anciennes directives étaient en accord avec les recommandations d’instances internationales importantes telles que l’Organisation Mondiale de la Santé, qui conseille encore actuellement d’utiliser les masques FFP2 uniquement pour les procédures aérosolisantes pour des cas possibles ou confirmés de COVID-19.

 

Raisons de la diffusion de nouvelles recommandations:

  • La possibilité que le SARS-CoV-2 se propage par voie aérienne (ainsi que par gouttelettes et contact) reste sujet à discussion.
  • Un contact prolongé et rapproché dans des espaces mal ventilés semble augmenter le risque de transmission. Une nouvelle étude a été publiée sur l’efficacité des masques buccaux à prévenir la contamination par les différents coronavirus. L’étude se base surtout sur les données du SARS et du MERS.

 

Pour la population générale :

Situation inchangée
La population en général doit être encouragée à porter un masque buccal (masque en tissu ou chirurgical) en dehors du ménage lors de l’utilisation d’un espace partagé ou lorsqu’il est difficile de maintenir une distance physique.

Les masques FFP2 NE peuvent PAS être utilisés dans ces situations, mais doivent être réservés aux professionnels de la santé.

En cas d’éventuelle pénurie, la population générale doit porter des masques en tissu et les masques chirurgicaux seraient également réservés aux professionnels de santé.

Pour les patients :

Situation inchangée
  • Les masques chirurgicaux doivent être portés autant que possible par les patients COVID-19 potentiels ou confirmés lorsqu’ils sont en contact avec un professionnel de la santé.
  • Un masque chirurgical ou en tissu doit être porté autant que possible par tout patient lorsqu’il est en contact avec un professionnel de la santé.

 

Pour les professionnels de la santé :

 
  • Tout le personnel hospitalier et en collectivité doit de préférence porter des masques chirurgicaux tant qu’il y a une transmission continue dans la société. Pour le personnel sans contact direct avec les patients, un masque en tissu suffit. (Inchangé).
  • Les masques chirurgicaux continuent d’être recommandés lors des soins donnés aux patients COVID-19 dans un environnement où il n’y a pas d’exposition prolongée ou lorsque le patient peut lui-même porter un masque. Quelques exemples :
    • Centres de testing et de triage. Une ventilation régulière doit être encouragée et le contact rapproché avec les patients possibles COVID-19 doit être limité. Si possible, le masque est combiné avec un écran facial.
    • Les professionnels de la santé qui soignent des patients COVID-19 possibles ou confirmés qui sont asymptomatiques ou qui sont en état de porter un masque (c’est-à dire des patients sans ou avec peu de symptômes). Une ventilation régulière doit être encouragée. Si possible, le masque est combiné avec un écran facial.

NOUVEAU ! Les masques FFP2, si disponibles, doivent être portés par tout professionnel de la santé lorsqu’il y a :

      • une exposition prolongée : > 15 minutes à < 1,5 m
        ET
      • le patient est un cas COVID-19 possible ou confirmé
        ET
      • le patient n’est pas en état de porter un masque chirurgical.

Par exemple : le personnel soignant des patients hospitalisés ayant besoin d’oxygène, des kinésithérapeutes pendant une séance de physiothérapie respiratoire ou, dans certains cas, le personnel des maisons de repos. Si les masques FFP2 ne sont pas disponibles, une combinaison d’un masque chirurgical et d’un écran facial doit être utilisée.

Comme précédemment, les masques FFP2 restent la norme minimale recommandée lors de la réalisation de procédures aérosolisantes chez des patients COVID-19 (Inchangé).

Pour limiter l’utilisation d’équipements de protection individuelle (EPI), le même masque doit être porté de préférence pendant toute la période de travail (shift). Si, à un moment quelconque de la période de travail (shift), une procédure aérosolisante pouvait se produire, un masque FFP2 doit être porté dès le début.

Le masque doit être remplacé lorsqu’il présente des souillures macroscopiques ou est humide, ou après un maximum de 8 heures d’utilisation (Inchangé).

 

Source : Sciensano – Update procédures 26/06/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code