Le futur paysage et les nouveaux types d’ambulances

Nous l’avons publié sur notre page facebook, le paysage ambulancier de notre petit pays est en cours de transformation. 

L’élément déclencheur est les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles, c’est suite à cet événement que la Ministre de la Santé a décidé de faire du nettoyage et de remettre de l’ordre dans notre système de transports de patient en ambulance.

Lors de ce jour noir, les secours des quatre coins du pays ont été mis en alerte et ensuite envoyés sur Bruxelles pour un renfort mais certains électrons libres, certaines sociétés ne faisant pas de l’Aide Médicale Urgente ont pris part eux-aussi, sans qu’on leur demande, à ce déploiement de secours médicaux et c’est sur ce dernier point que les Ministres ont tiqués puisqu’il n’y avait pas/plus de contrôle au point de vue de la chaîne de soins.

Suite à cela, notre Ministre de la Santé, Madame De Block, a décidé de revoir le système de l’Aide Médicale Urgente en Belgique avec plusieurs modifications dont certaines plus connues que d’autres. Ces différentes modifications ont un impact sur le transport de patient couché en ambulance.

Un protocole d’accord, du 27 mars 2017, définit les nouvelles caractéristiques des ambulances tant au niveau fédéral (AMU) que régional pour le transport médico-sanitaire. Notre pays se retrouvera avec trois types d’ambulances dont certains exemplaire sont déjà sur nos routes. Chaque type d’ambulance a des caractéristiques extérieures bien précises, une liste de matériel minimal déterminé et une qualification minimale requise pour le personnel à bord.

  • Ambulance de transport de patient non-critique (TMS)
  • Ambulance intermédiaire
  • Ambulance de l’Aide Médical Urgente (112)

Cet A.R. est déjà d’application, les entités fédérées ont déjà signé un protocole d’accord et la nouvelle réglementation va être intégrée au décret actuel du transport médico-sanitaire wallon.

L’ambulance de transport de patient non-critique (TMS)

Elle sera de couleur blanche, avec un stripping “Battenburg” composé de petits carrés verts/jaunes de 10cm de coté. Ces véhicules ne seront plus équipés de feux bleus clignotants (FBC) ni d’avertisseur sonore spécial (ASS) puisqu’il n’est pas prévu que celle-ci fasse des missions urgentes. La liste d’équipement minimale est revu à la hausse (car à l’heure actuelle, c’est une boîte de gants et deux compresses). 

L’officialisation du Véhicule Sanitaire Léger (VSL)

Au sein du groupe de travail de la Région Wallonne, il a été demandé d’intégrer le transport de patients assis au moyen de VSL (adapté PMR ou pas). Les caractéristiques extérieures de l’ambulance de transport de patient non-critique (ci-dessus) sera donc appliquées également afin d’obtenir une uniformité complètes au niveau des vecteurs TMS.

 

L’ambulance intermédiaire

Le type intermédiaire a pour objectif le renfort de l’AMU, de façon occasionnelle. Cela implique le renfort en cas de Plan d’Urgence Médical (PIM), la présence préventive sur événements et les transferts secondaires de patients qualifiés d’urgents en raison de l’état de santé du patient transporté.

L’ambulance intermédiaire est blanche, avec un stripping type “Battenburg” composé d’une rangée alternant des rectangles verts/jaunes. Cette ambulance sera équipée d’une installation FBC/ASS.

L’Arrêté prévoit que l’ambulance intermédiaire, pour effectuer ces missions, doit être équipée conformément à la liste du matériel minimal pour les ambulances de l’AMU. L’équipage doit être composé de deux Secouristes-Ambulanciers disposant de l’insigne distinctif et en ordre de recyclage. L’équipage devra faire appel à la centrale d’urgence 112 pour obtenir l’autorisation d’effectuer sa mission en urgence. Pour cela, elle recevra une numéro de mission 112. 

L’ambulance AMU

Véhicule ayant une carrosserie jaune, avec un stripping type “Battenburg” composé de deux rangées alternant des rectangles verts/jaunes. Cette ambulance est équipée d’une installation FBC/ASS.

Il s’agit de l’ambulance utilisée par les services 112. Il en existe déjà plusieurs exemplaires en service. L’Arrêté Royal du 12 novembre 2018 définit les caractéristiques.

Elle doit être équipée conformément à la liste du matériel minimal pour les ambulances de l’Aide Médicale Urgente. L’équipage doit être composé de 2 Secouristes-Ambulanciers disposant de l’insigne distinctif et en ordre de recyclage.

6 réflexions sur “Le futur paysage et les nouveaux types d’ambulances

  • 9 mars 2019 à 13 h 27 min
    Permalien

    Absurde ! Car un ambulancier TMS est mieux former pour effectuer les transports secondaires urgent (ambulance intermédiaire dans le futur).
    Pourquoi vouloir leur enlever cette compétence actuelle ?
    La futur formation pour les ambulanciers TMS va t-elle se résumer uniquement à du taxi-couchette ?

    Quand est-il de l’avenir des entreprises qui effectue actuellement les transports secondaires urgent avec des ambulanciers TMS ?
    Quand est-il de la norme européenne qui impose à toutes les ambulances d’être équipées d’avertisseurs sonore + feu bleu ?
    Qui paiera les nouvelles caractéristiques à effectuer sur les véhicules ?

    Répondre
    • 9 mai 2019 à 12 h 27 min
      Permalien

      Bonjour Laurent,

      Malheureusement, nous ne faisons qu’informer et n’avons aucun pouvoir de décision sur ce qui a été établi.
      Nous sommes d’accord que certains éléments semblent fortement inconcevable ou impensable.
      D’après les informations, collectées par Belgian Rescue Solutions asbl, la future formation de l’ambulancier TMS sera revue à la hausse.

      L’élément a retenir serait surtout que c’est un vecteur supplémentaire et pas un retrait de compétence au TMS actuel. Le transport dit “TMS” ne laissera plus possibilité aux urgences relatives et celles-ci passeraient par l’ambulance intermédiaire.

      Le sujet de la norme européenne a bien-sur été posée au sein du Cabinet ministériel.
      Et pour votre dernière question concernant le financement des nouvelles caractéristiques, nous pensons tout simplement que l’état laisse 5 ans pour effectuer le changement afin de ne pas payer ceux-ci.

      Bien à vous,

      Répondre
      • 9 juillet 2019 à 12 h 56 min
        Permalien

        Vous disez **** L’élément a retenir serait surtout que c’est un vecteur supplémentaire et pas un retrait de compétence au TMS actuel. Le transport dit “TMS” ne laissera plus possibilité aux urgences relatives et celles-ci passeraient par l’ambulance intermédiaire.***** C’est vraiment dire que l’ambulancier TMS n’est qu’un taxi couchette et privilégie de nouveau l’AMU c’est vraiment nous prendre des idiots et des incompétents! Certains ambulanciers TMS sont plus compétents que certains AMU!

        Répondre
    • 9 mai 2019 à 17 h 15 min
      Permalien

      en Belgiue on aime rabaisser les ambulanciers TMS

      Répondre
  • 1 décembre 2019 à 20 h 30 min
    Permalien

    Bonjour,

    Je lit ici qu’il y a un protocole d’accord qui a été signé et que la nouvelle réglementation va être intégrée au décret actuel du transport médico-sanitaire wallon.
    Mais au final est)-ce qu’à ce jour, 1er décembre 2019, c’est d’application ?

    Répondre
  • 19 décembre 2019 à 20 h 11 min
    Permalien

    Je souhaiterais préciser pour les futurs et nouveaux ambulanciers TMS.

    Concernant le protocole d’accord, sachez que rien n’a été voté au Parlement de Wallonie.
    (Tant que le protocole d’accord n’est pas intégré dans le décret TMS, il n’a aucune valeur juridique).

    Qui plus est, le protocole d’accord fut signé en 2017 par l’Autorité fédérale et par l’ancienne majorité politique en Région wallonne !

    Depuis 2019, nous avons un nouveau Gouvernement wallon.

    Cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code