L’angioplastie coronaire et la pose d’un stent

Qu’est ce que la coronographie ? 

Il s’agit d’un examen radiologique invasif qui permet de voir les artères coronaires et leurs éventuelles lésions. Si celles-ci sont confirmées, trois possibilités sont envisageables : 

  • Le traitement médical qui consiste à agir sur les facteurs de risque cardio-vasculaire et éventuellement modifier la thérapeutique habituelle.
  • La dilatation d’une ou plusieurs artère(s) coronaire(s) (angioplastie) et la mise en place d’un stent. Cette technique est expliquée plus loin.
  • Le traitement chirurgical (pontage aorto-coronaire) lorsque les lésions sont multiples et/ou inaccessibles à l’angioplastie.

L’examen dure en moyenne une heure.

La préparation avant l’examen.

Le médecin prescrit un électrocardiogramme et une prise de sang qui seront réalisés par une infirmière. Il est conseillé d’informer le médecin et infirmier de votre traitement habituel et d’une éventuelle allergie notamment au produit de contraste iodé.

Certains médicaments seront à arrêter avant l’examen. Renseignez-vous après du médecin. Après avoir reçu toutes les informations du déroulement de l’examen, une infirmière rasera les avant-bras et les plis de l’aine et placera ensuite placera un cathéter au niveau du bras.

Le jour de l’examen, il vous sera demandé d’être à jeun (à l’exception des médicaments habituels à prendre avec un minimum d’eau), de faire votre toilette normalement, enlever vos bijoux, maquillage et vernis à ongles. Un léger calment pourra vous être prescrit afin de vous détendre pendant l’examen.

Pendant l’examen.

Soyez détendu(e), restez immobile et lorsqu’il vous sera demandé, prenez une grande respiration et bloquez-la afin d’avoir les poumons gonflés au maximum pendant quelques secondes.

Le déroulement : 

  • Votre cardiologue interventionnel porte une tenue stérile.
  • l’infirmière place des électrodes sur votre poitrine afin d’enregistrer l’activité de votre cœur. Soyez rassuré, si les appareils sont impressionnants, ils permettent surtout une surveillance optimale.
  • Le médecin réalise une anesthésie locale au niveau de l’avant bras (artère radiale) ou plis de l’aine (artère fémorale). Cette injection n’est pas plus douloureuse qu’une prise de sang.
  • Ensuite, le médecin plus un introducteur dans l’artère choisie et fait progresser un cathéter jusqu’au coeur.
  • Il injecte un produit de contraste iodé. Il est possible que vous ressentiez une sensation de chaleur, parfois des nausées ou l’envie d’uriner mais cela s’estompe rapidement.
  • Le médecin visualise les artères coronaires sur un écran afin de confirmer (ou non) la présence d’une maladie coronarienne.
  • Si une ou plusieurs artères sont rétrécies à un certain pourcentage, le cardiologue interventionnel a la possibilité de réaliser une dilatation. Cette technique consiste à introduire un cathéter muni d’un ballonnet qui sera gonflé à l’endroit voulu afin de restaurer le calibre de l’artère (angioplastie).
  • Généralement, cette technique est accompagnée de la pose d’un stent qui diminue le risque de récidive de sténose.

Après l’examen.

Opération radial : 

  • Il est impératif de limiter les mouvements et de ne pas forcer avec le bras concerné.
  • Le bracelet compressif sera dégonflé par le personnel infirmier, il reste en place en moyenne 4 heures.

Opération fémorale :

  • Il est important de garder votre jambe immobile pendant 12 heures après l’enlèvement du bandage compressif (ne pas plier la jambe, ne pas s’asseoir dans le lit, ne pas se lever).

Dès votre retour, vous pouvez manger et boire. Il est important de boire abondamment (+/-2 litres) afin d’éliminer le produit de contraste iodé qui est toxique pour les reins.

En cas de dilatation et/ou pose d’un stent, un monitoring cardiaque sera placé pendant 24 heures. Le lendemain de l’examen, une prise de sang et un électrocardiogramme seront réalisés. Un traitement antigrégant plaquettaire vous sera prescrit pour une durée déterminée par le cardiologue. 

Au moindre problème, n’hésitez pas à prévenir l’infirmière.

 

Source : CHR Citadelle/Cardio/Examen/Coronographie diagnostique, l’angioplastie coronaire et la pose d’un stent/Fev 2016. Revue en 2019.

 

2 commentaires pour “L’angioplastie coronaire et la pose d’un stent

    1. La coronarographie permet de visualiser l’anatomie coronaire et de déceler les rétrécissements qui sont à l’origine de la souffrance du muscle cardiaque.
      En fonction des résultats de l’examen, qui sont communiqués immédiatement, plusieurs types de traitement peuvent être proposés dont l’angioplastie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code