l’ECMO ou extracorporeal membrane oxygenation.

L’oxygénation par membrane extra-corporelle, communément appelée ECMO, désigne, une technique de circulation extra-corporelle offrant une assistance cardiaque et respiratoire à des patients dont le cœur et/ou les poumons ne sont plus capable d’assurer un échange gazeux.

Elle fonctionne en extrayant du sang désoxygéné du corps du patient par des canules de gros diamètre et en le faisant traverser une membrane qui élimine le dioxyde de carbone avant de l’oxygéner – recréant ainsi artificiellement les échanges gazeux alvéolaires – avant de le réinjecter dans la circulation sanguine.

Cette procédure a d’abord été utilisée chez les enfants, mais s’est popularisée de plus en plus auprès des adultes à mesure que les indications de l’ECMO se diversifiaient.

L’ECMO peut ainsi assurer une oxygénation adéquate pendant plusieurs jours, plusieurs semaines ou mois, laissant aux poumons le temps de guérir sans recours à une ventilation mécanique agressive. Néanmoins, en raison des exigences techniques et humaines que sa mise en œuvre engendrent, à son coût élevé et aux nombreux risques de complications (essentiellement l’hémorragie), l’ECMO est considérée comme un traitement de dernier recours.

 

Le principe d’une ECMO : 

L’ECMO a pour but est mettre le cœur et/ou les poumons au repos plus ou moins complet en attendant leur guérison (ou une intervention chirurgicale). Ainsi, les patients sont généralement sédatés et paralysés pour permettre le repos de ces organes, y compris une intubation trachéale et une assistance minimale par ventilation mécanique.

Un circuit d’ECMO est semblable à celui d’une dérivation cardio-pulmonaire utilisée en chirurgie cardiaque. Il consiste en l’insertion d’une canule dans un vaisseau sanguin permettant un flux sanguin important. Le sang veineux désoxygéné et riche en dioxyde de carbone (CO2) est donc aspiré par une pompe centrifuge intégrée au circuit (pour un volume sanguin total mobilisé allant jusqu’à 5 L/min).

Une fois à l’extérieur du corps, le sang circule en continu dans des tuyaux de plastique spécialisé, dont l’intérieur est tapissé par un anticoagulant pour empêcher la formation de caillots dans le circuit. Après le passage de la pompe, il traverse un « oxygénateur à membrane » qui simule le processus d’échanges gazeux qui a lieu physiologiquement dans les alvéoles pulmonaires : elle retient le dioxyde de carbone du sang et y injecte de l’oxygène. Le sang ainsi oxygéné est alors remis en circulation dans le corps du patient par une canule veineuse ou artérielle. Avant d’être réinjecté, le sang passe à travers un réchauffeur qui rétablit la normothermie sanguine (37°).

Une anticoagulation systémique est nécessaire pour maintenir un flux sanguin approprié et éviter la coagulation précoce de la membrane. De même, pour éviter des infections, le patient bénéficie généralement d’une antibio-prophylaxie.

 

Il existe différents types d’ECMO ; la voie veino-artérielle (VA) et la voie veino-veineuse (VV). Dans les deux cas, le sang extrait du système veineux est oxygéné à l’extérieur du corps. Dans la VA ECMO, le sang ainsi ré-oxygéné est remis en circulation dans le système artériel, alors que dans la VV ECMO, l’opération termine dans le système veineux. ECMO est le terme général, la VA ECMO est parfois appelée ECLS (extracorporeal life support) pour la différentier de la VV.

Les indications principales de l’ECMO sont :

  • Défaillance respiratoire hypoxémique réfractaire aux traitements conventionnels
  • Défaillance respiratoire hypercapnique
  • Choc cardiogénique réfractaire aux traitements conventionnels
  • Arrêt cardio-circulatoire
  • Dans l’attente d’une transplantation cardiaque ou d’un appareil d’assistance ventriculaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code